Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 15:19

"La famille de presse la plus dynamique"


Comment se porte la presse féminine ? Face à une salle comble, six spécialistes - cinq hommes et une seule femme - de la presse féminine tentent de répondre à cette question. Le débat sera enjoué, avant que tous ne tombent finalement d'accord : "tout va bien" !

L’air grave, les six "experts" de la presse féminine réunis autour de la table hochent la tête. Qu’ils soient spécialistes du secteur, sondeurs ou éditeurs de presse, le diagnostic est le même pour tous : le marché reste "très encombré". Pas moins de 108 féminins trônent dans les rayons des kiosquiers. "De loin la famille de presse la plus riche," souligne Vincent Soulier, directeur associé de "Personnalité".

Et pourtant. Sans plus attendre, Jean-Paul Lubot, du Groupe Marie Claire, Denis Barriat, de Prisma Presse et Ernesto Mauri, de Mondadori, évoquent, plein d’optimisme, le lancement prochain de  leurs nouveaux féminins. Soit, respectivement, Femmes, Grazia et Look. Pour  toujours à l’unisson:

Un peu de beauté, beaucoup de shopping, un soupçon de pipole et du service pour lier le tout: les ingrédients restent les mêmes rappelle un membre du public. Comme s’amuse à le répéter Ernesto Mauri, ce qui fait le succès de la recette, "c’est l’innovation dans la façon de les traiter".

Directrice du planning stratégique de TNS/SOFRES, Dominique Lévy s’applique à dresser un état des lieux du secteur, en "pleine mutation". "De la presse vitrine, on est passé à une presse féminine plus responsable, qui rend la femme plus intelligente, plus consciente de ses choix, mais aussi plus belle. "

Vincent Soulier, auteur d’un ouvrage sur les féminins, détaille lui les tendances qui se dégagent des magazines actuels. "Ils mêlent la marche des sens à la marche du monde, informent tout en divertissant, ressourcent tout en étant frivoles : c’est la presse des désirs, des envies, de la vie. "

Mais surtout, le spécialiste pointe un retour en force du luxe. Un des secteurs-clés de la publicité dans les magazines féminins, et qui continue de croître. Voilà qui tombe à pic pour les trois éditeurs de presse : Grazia, Femmes et Look seront des magazines "haut de gamme". Questionné sur " le sens de la mission" de la presse féminine, Ernesto Mauri joue la carte de la franchise : " Le but, c’est de gagner de l’argent, de dégager du profit. Et ça, c’est dans le haut de gamme que ça se passe. Et puis aussi, bien sûr, rendre les femmes plus frivoles. "



En plus des lancements de titres nouveaux, les éditeurs de presse misent beaucoup sur « l’internationalisation des concepts ». Ce mois-ci par exemple, le groupe Marie Claire va lancer le même jour des versions tchèque, roumaine et saoudienne de Marie Claire. Jean-Paul Lubot, directeur général adjoint du groupe, confie les « déboires » que le titre connaît en Arabie Saoudite : « Notre numéro 1 est actuellement entre les mains de la censure, à Riyad. Et autant dire que les censeurs sont pétrifiés à l’idée qu’un féminin entre dans le pays ! Tout repose maintenant sur la famille du prince, qui validera ou non le projet.                                              


Repost 0
Published by Gaël Chavance - dans table-ronde
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 17:47

Les Français deviennent-ils boulimiques des médias ?


Entre 2001 et 2007, les Français consommant chaque jour quatre médias sont passés de 27% à 59% de la population.


Les Français ne semblent pas lassés par les médias, bien au contraire. Selon TNS Média Intelligence, ils seraient presque 60% à consulter chaque jour les quatre médias principaux.

 

Parmi eux, une minorité consomme sans modération. Portrait robot de ce boulimique des médias version 2008 : un homme ou une femme de 45 ans, nanti d’un diplôme de troisième cycle et gagnant plus de 3000 euros par mois. Un rêve de publicitaire.

 

Chez cette catégorie de la population, on observe d'étranges pratiques : la « consommation pluri-support », pour paraphraser le jargon. Exemple : un homme qui lit plus de 12 journaux ou marmiagazines est susceptible de visiter plus de 19 sites Internet, de regarder plus de neuf chaînes de télévision et d’écouter plus de neuf stations de radio durant l’année.

 

Selon Gilbert Saint Joanis, directeur des études chez Mondadori, ce « comportement quadrimédia » est une tendance lourde, qui devrait s’accentuer avec la généralisation du haut-débit.

 

 



Cette population « d’experts », souligne Gilbert Saint Joanis, choisit son média suivant sa spécificité: divertissement pour la télévision, consommation pour la presse magazine, information pour la presse quotidienne et rapidité de l'Internet.

 


Selon Christine Bitsch, de TNS Média Intelligence, ces « addicts » assurent qu'ils ne veulent « pas passer à côté d’évènements importants ». Au palmarès des sujets qui les passionnent : l’automobile, la maison ou la mode.

 
Repost 0
Published by Nassim Alloy, Antoine Guinard - dans table-ronde
commenter cet article